Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carnets Nomades

Carnets Nomades

Récit en photo et bavardages de nos voyages en camping car en Europe centrale, Europe de l'est et du nord; Asie Centrale et Amérique du sud


Sibérie Occidentale, Tomsk et Novosibirsk

Publié par Catherine & Gilbert sur 16 Octobre 2019, 11:42am

Catégories : #Voyage en Russie

Des trains par dizaine en Sibérie smiley

Le 24  juin

On entame la traversée de la Sibérie Occidentale comme qui entame une traversée de l'Océan mais ici, il s'agit d'un océan de champs immenses de céréales de toutes sortes. On en mesure un, à droite de la route, il fait 10 kilomètres de long et s’étend dans l'autre sens au delà de l'horizon. C'est bien plus impressionnant que le souvenir que nous a laissé la Patagonie, bordée par l'océan Atlantique d'un coté et par la silhouette des Andes au loin de l'autre. En fait ce n'est pas étonnant puisque le bassin versant de l'Ob le fleuve de Novosibirsk a une surface plus importante que l'Argentine toute entière. En tous cas aujourd'hui, on touche du doigt; ou plutôt des yeux, l'immensité de la Russie! A un moment la Pimprenelle du GPS nous dit continuez tout droit sur 284 kilométrés, et bien, c'est vraiment tout droit, à tel point que la moindre courbe à peine prononcée est signalée comme un évènement.Le soir, on fait étape sur un parking de poids lourds où on trouve une place un peu à l'écart tout au fond, finalement assez calme. Très chaud en journée et orage le soir.

Une maison de Tatarsk.

 

Le 25 juin

On reprend la traversée de la Sibérie sous la chaleur et au milieu des poids lourds. Gros orage en fin d'après midi et c'est finalement assez tard qu'on fait étape à Tatarsk, un village au milieu des champs. On demande à des promeneurs qu'ils nous indiquent un endroit pour passer la nuit, ils se consultent puis une dame nous dit, c'est un peu compliqué si vous voulez, je vous y conduis et elle monte dans le fourgon, assez curieuse de voir comment on fait pour vivre la dedans smiley Finalement, de goudron défoncé en rues de terre battue on arrive à un joli parking sous les arbres; en bordure d'un petit parc, devant une gastinia (auberge ) pendant que Gil, va promener le chien Nollan dans le parc, je vais voir si on peut dîner à l'auberge mais la dame trouve qu'il est un peu tard. Pas grave, on fera omelette salade de tomates au fourgon. Au fait, ici les tomates ont aussi peu de goût qu'en France et impossible de trouver de la salade verte. D'ailleurs mis à part des petits pois en conserve, on ne trouvera pas de légumes verts durant tout le voyage, même en ville en grandes surfaces.

Le 26  juin.

Le matin on se réveille au chant d'une multitude d'oiseaux dans les arbres au dessus de nous et dans le parc. Notre voisine aubergiste nous montre où est la pompe d'eau potable derrière chez elle car la borne est cassée et remplacée par un tuyau difficile à repérer dans le fouilles de végétation. Au fait, j'ai oublié de dire que partout aussi bien dans les villes au coin des rues que dans les villages, il y a des bornes d'eau potable. Nous, nous ne l'avons jamais bue car on trouve partout dans les épiceries de village, dans les stations service, partout, des grosses bonbonnes plastique de  5 ou 6 litres d'eau de source mais pour la douche et la vaisselle, il est super facile de faire le plein d'eau et pour la vidange des eaux grises et noires, on peut facilement faire ça dans les stations service. Il suffit de demander.

A Novosibirsk où on aterrit finalement en fin d'après midi à la base nautique sur le grand plan d'eau sur l'Ob , après avoir galéré tant et plus en ville, pour trouver le chemin qui mène à un parking qu'on avait repéré depuis le grand pont sur le fleuve immense. On tourne en rond au milieu d'une circulation démentielle, mettant à rude épreuve la patience des autres usagers. On erre dans des quartiers d'immeubles aux allées bordées d'arbres, mais impossible de trouver le chemin qui nous conduirait à ce maudit parking. Alors on abandonne et on va au club nautique signalé par park4night à une vintaine de kilomètres mais toujours en ville. Adieu la visite du centre ville de Novosibisk et la photo du pont  sur l'Ob. On l'a parcouru 10 fois dans un sens puis dans l'autre au milieu d'une circulation intense mais impossible de s'arrêter. D'ailleurs depuis le pont, rien d'extraordinaire si ce n'est l'immensité du fleuve.

Pas plutôt installés, l'orage du soir se déclenche et c'est sous la pluie que nous irons nous promener dans un bois derrière la base nautique. Nous n’apercevons même pas le plan d'eau et c'est trempé et un peu déçus qu'on rentre se mettre à l'abri au fourgon.

Une rue de Tomsk avec ces superbes maisons sibériennes en bois.

Le27 juin

C'est sous le soleil que nous prenons la route de Tomsk et, pour le pique nique de midi, nous cherchons un petit coin à l'ombre car il commence à faire très chaud, lorsqu'on avise une toute petite route qui serpente entre près et forêts car c'est la Taïga qui commence. Pendant que Gilbert se gare, je vais photographier ces magnifiques berces de Sibérie.Il y en a partout et elles sont énormes par rapport aux petites berces française de rien du tout ( Oui, justement comme celle que j'ai mise en couverture de cet article ) Donc je m'applique bien lorsque je vois un véhicule militaire qui s'arrête à hauteur de notre fourgon . Deux militaires en descendent et obligent Gilbert à descendre lui aussi. Comme il ne parle pas du-tout le Russe je reviens au fourgon et un des deux militaires prend mon appareil photo et me dit que nous sommes sur une base secrète de l'armée et qu'il est absolument interdit de faire des photos. En bonne française rouspéteuse je lui fais remarquer que nous ne pouvions pas le savoir puisque ce n'est indiqué nulle part et que je photographiais ces fleurs là bas. Il regarde les photos, hausse les épaules et me dit, ce n'est indiqué nulle part justement parce que c'est secret tu comprends ? Je reprends mon appareil photo et je lui dis que non, je ne comprends pas, alors il me sort une tirade, et, à l'air interloqué de son collègue, je suppose que ce ne sont pas des compliments et peut-être mêm que ce sont des insultes. Alors bon, en m'adressant à son collègue, je leur dis que nous partons tout de suite. Dommage, le coin était sympa wink

Bref, on arrive à Tomsk en début d'après-midi. On trouve à se garer à l'ombre sur un petit parking devant le théâtre philharmonique et on part visiter la ville qui vaut largement le détour quoi qu'en dise Tchékov qui trouvait la ville moche et les femmes de Tomsk vulgaires smiley

Une jolie maison sibérienne fait le gros dos et résiste aux immeubles modernes.

On se promène dans le quartier ancien avec, en guise de trottoir un joli chemin en terre battue avec les belles maisons d'un coté et de gros arbres coté rue. Un régal de se promener ainsi à l'ombre entre maisons, jardins et arbres. On se croirait revenus dans un roman Russe du XIX° siécle prêts à saluer l'Oncle Vania smiley

Le soir à la sortie d'un concert qui se termine vers 21 heures, démonstration de Hip-hop sur le perron du théâtre mais à 22 heures tout est fini et le calme se fait petit à petit.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents