Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carnets Nomades

Carnets Nomades

Récit en photo et bavardages de nos voyages en camping car en Europe centrale, Europe de l'est et du nord; Asie Centrale et Amérique du sud


4- Roumanie - Les monastères peints, la suite .

Publié par catherineGil sur 7 Juillet 2008, 04:00am

Catégories : #Roumanie en camping-car


Jour de marché à Raduti .


Le 24 août

Le matin, nous refaisons un petit tour au monastère de Sucévita puis nous prenons la route vers la petite ville de Raduti où nous faisons les courses dans un petit marché couvert très bien achalandé où les paysans apportent leurs productions. Légumes divers, oeuf, volailles et des montagnes de poivrons jaune clair et de champignons. Nous achetons une livre de girolles et une livre de cèpes pour moins de 4€. Sur un étal, je remarque de gros sachets de soucis ( calendula ) et je présume qu'ici aussi, comme chez nous dans le Midi, on utilise le calendula comme plante médicinale, c'est en effet un très bon désinfectant, cicatrisant, anti-inflammatoire, anti- hématomes en macération et les fleurs fraîches, en pétales ou en boutons en plus d'être très jolies dans la salade sont excellentes pour le foie et les régles douloureuses.

Tiens je vous donne ma recette pour la macération de calendula :


Remplir un bocal en verre, type petit pot de confiture avec couvercle métallique, préalablement stérilisé ( ébouillanté ) de pétales séchés de soucis, bien remplir sans tasser. Verser par dessus de l'huile d'olives jusqu'au ras, fermer hermétiquement et entreposer 40 jours dans un endroit frais à l'ombre ( cave ) retourner le bocal tête en bas, tête en haut, tous les deux, trois jours. Au bout des 40 jours, filtrer en pressant bien les pétales. C'est prêt ! facile et très utile en cas de bleus, de coups de soleil, de courbatures en massages, de brûlures légères, de pieds douloureux, d'érythème fessiers des bébés etc... attention, ne pas utiliser sur une plaie ouverte saignante, ça ferait saigner encore plus. On trouve des pétales séchés de soucis dans les herboristeries mais on peut en faire pousser au jardin ou sur le balcon, ils sont répulsifs pour les poux des rosiers et autres insectes nuisibles comme les chenilles, ou bien les ramasser sauvages. Chez nous ils poussent en quantité en garrigue, ils sont bien plus petits mais ils ont les mêmes vertus Sourire.

 

Vers 1 heure de l'après midi, nous arrivons au monastère de Punta. Belle architecture, mais ici à l'entrée ce n'est ni un ambiance de kermesse, ni une ambiance de foire, mais carrément le souk ! Avec un tas de marchands de babioles, de mauvais artisanat, de frites et autre et des gosses misérables qui mendient. C'est la première fois qu'on voit ça ici ! A l'intérieur du monastère, qui est un monastère d'hommes, l'ambiance est à gerber ! C'est tout de même extraordinaire, ça ! Dés que des hommes mettent les pieds en religion, il faut qu'ils se débrouillent pour en faire un intégrisme ! En plus du prix exorbitant de la visite, tout le monde est obligé de revêtir des espèces de blouses noires crasseuses, qui puent . Personnellement, je refuse de me plier à ces injonctions, je n'ai donc pas le droit d'entrer . Gil, lui, rigole de mes blocages. Il se déguise donc en clown orthodoxe pour faire la visite, et revient une demi heure après, déçu par les bondieuseries Saint Sulpiciennes qu'on lui à donné à voir. Tout ce qui n'était pas larmoyant et morbide à été gratté et remplacé par ces images . Dans le "Livre d'Or ", énorme comme une encyclopédie dorée sur tranche, pompeusement mis à la disposition des visiteurs que l'on suppose conquis, il ( Gil ) propose au moines de détourner une partie de la manne que représente leur business pour venir en aide, aux enfants qui mendient à leurs portes.



Monastère de Putna.


Ensuite, en nous dirigeant vers Dragomina, nous tombons par hasard, en pleine campagne, sur la très, très mignonne église peinte d'Arbores, pratiquement à l'abandon. Nous passons là un moment calme et apaisant après le cirque de Punta.


 

Eglise d'Arbores : Détail .


Vers dix-huit heures nous arrivons à Dragomina. Je ne voudrais pas avoir l'air de faire preuve de sexisme, mais Dragomina qui est occupé par une communauté de femmes est un lieu à la fois calme , joyeux et très beau. Les bâtiments très anciens et les fresques modernes sont d'un style très différent, dans des tons beige crème, ocre, très stylisées . Le site est vraiment à visiter. A l'extérieur, des nones travaillent avec les paysans à rentrer du foin, d'autres travaillent dans le jardin, et on entend des rires et des appels,venus de la cuisine dont sortent des éfluves appétissants de soupe aux légumes. L'endroit est bien sympa. Nous on va s'installer en face sur le parking d'une guinguette en bordure d'un lac, ou les gens viennent boire un coup après leur journée de travail et repartent à...tombereau ouvert Sourire. Avant de préparer le repas, nous buvons une bière en terrasse et j'en profite pour demander si nous pourrions brancher notre appareil photo , complètement H.S, sur une prise chez eux. Accordé, nous le récupérerons après le repas en allant boire le café. En soirée nous faisons une longue balade dans la campagne qui sent bon la chlorophylle et le foin coupé. Nous sommes croisés en trombe, dans le noir, par deux gamins qui font une course échevelée, debout sur leurs chars . Comme on les avait entendus venir de loin, et passer à grand fracas le gué sur la rivière qui alimente le petit lac, on avait eu le temps de se garer , mais je ne suis pas certaine que tout à leur compétition, eux, nous aient aperçus Sourire

 

Hélas, pas de photos de Dragomina, notre appareil photo étant coplètement HS ce jour là.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents