Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carnets Nomades

Carnets Nomades

Récit en photo et bavardages de nos voyages en camping car en Europe centrale, Europe de l'est et du nord; Asie Centrale et Amérique du sud


6 - Ouzbékistan - Samarkand, la suite.

Publié par catherineGil sur 11 Juillet 2008, 08:20am

Catégories : #voyage en Ouzbékistan : éblouissant

Ouzbekistan---Samarkand Ouzbekistan---Samarkand

 



Samarkand : La nécropole Cha-i-Zinda


Les 31 août 1er 2 et 3 septembre

Nous avons fait ce que nous préférons faire en voyage, à savoir, revenir dans les lieux qui nous ont plu le plus, nous asseoir, regarder les gens, nous pénétrer d'une athmophère. A chah-I-Zinda, il n'y a presque personne et un homme , qui à repéré que je baragouinais un peu le Russe, vient me faire voir un album de photos avec des photos qui datent du début du XX° siècle : la place du Reghistan lorsqu'il y avait encore le bazar, Bibi Khanoun en noir et blanc juste après le séisme de 1966 . La famille du dernier émir, des derviches, la barbe jusqu'à la ceinture, des hommes à l'air martial, des femmes dans leurs plus beaux atours, des familles d'un autre âge qui posent fièrement pour la photo. Tous ces gens paraissent si lointains et pourtant, je suis certaine que plusieurs dans les dernières photos de l'album vivent encore. Il y a bien plus de décalage entre la vie que j'imagine de ces personnages et aujourd'hui qu'entre les gens de nos albums de famille pour aussi vieillots qu'ils nous paraissent et aujourd'hui....Même si l'ambiance des années 1950, me revient en vrac par touches nostalgiques. Alors, je rends la politesse à ce monsieur, en lui montrant mon petit album de photos et nous discutons un moment pendant que Gil, profitant de l'absence de visiteurs, fait des photos.


 
   
   

Samarkand : la Nécropole Chah-i-Zinda détails du mausolée de Chadi Moulouk Ata ( une nièce de Tamerlan)


L'après-midi après la désormais traditionnelle sieste et piscine dans la cour de l'hôtel; nous allons passer un moment sur les bancs dans la cour de Tila kari et nous rions avec les très jeunes gens ( ils sont frères et soeurs nous disent-ils ), qui tiennent la boutique principale de cette madrasa à propos du "cobra". En effet, le premier jour, Gil avait assisté à un incident : un attroupement, un homme qui sort en courant, d'autres personnes qui crient, il s'informe et quelqu'un lui dit qu'il y a un cobra qui est entré et se cache sous un meuble ! En fait de "cobra" c'était juste un serpent un peu gros qui était entré, rapidement tué par quelqu'un, mais les jeunes croient que c'est Gil qui l'a tué. Cet épisode les fait mourrir de rire et du coup, Gil est devenu "Mister Cobra".

Samarkand : Cour intérieure de la mosquéTilia Kari


Plus tard, en rentrant, nous rencontrons Farruh notre guide avec lequel nous discutons un moment et qui ne manque pas de me rappeler ma promesse de lui faire parvenir un mail à propos de la symbolique du chiffre 4- et de tous les chiffres - ajoute-t-il .... oui, bon, je ne vais pas lui écrire un livre tout de même Embarrassé



Samarkand : à la terrasse d'une chaïkhana proche du Reghistan.


Le 1er saptembre

Il fait un temps vraiment étonnant ! Toute la ville est sous un énorme nuage de sable. Avec ça, pas un air et une chaleur ...étouffante....C'est vraiment le mot. On n'y voit pas à 20 mètres et respirer est pénible, sans compter que dés qu'on sort, on est couverts de poussière. Monsieur et Madame Abdou, ne montrent pas leur nez à l'hôtel et dans les rues, uniquement les gens qui sont obligés de sortir.


Samakand : place du Reghistan, médersa Chir-Dor , détail du portail d'entrée.


On en profite pour visiter le musée voisin de l'histoire culturelle d'Ouzbékistan. J'aime bien les affiches soviétiques de propagande anti féodales du rez de chaussée, rédigées en arabe, tandis que Gil passe un bon moment avec les collections archéologiques bien exposées du premier étage. A remarquer la frise sculptée dans du calcaire de Kouchan Ayrtam, reflet d'une ancienne culture indo-européenne.


 

Samarkand : mosquée Abd-i-Daroum ( hors les murs )


Le 2 septembre

Abdou nous annonce ce matin , "Hier tout le désert s'est précipité sur la ville "! Partout dans les rues, à l'hôtel, tout le monde traque la poussière. Les trottoirs sont nettoyés à grande eau, arrosées les plantes et même les arbres sont nettoyés au jet ! Comme nous avons le temps, Abdou nous recommande d'aller visiter la mosquée Abd-I-Daroum. Daroum comme à l'extérieur, hors les murs. Nous allons donc vers la rue où se garent les "maschroute" ( taxis collectifs ) on attend un moment que celui qui nous amènera trouve suffisamment de clients pour aller dans cette direction pour décoller .

Nous avons beaucoup aimé cette mosquée, calme, charmante, romantique, avec son bassin octogonal. Simple mais très vivante avec des gens qui entrent et sortent viennent discuter avec l'imam ou s'assoient simplement à coté de lui. Nous passons là un bon moment, puis nous allons faire une petite marche dans la campagne environnante. Partout des vergers, des jardins et des champs de coton.



Samarkand : mosquée Abd-i-Daroum , détail de l'Iwan


Le soir, on va dîner au Marco-Polo qui ne paye absolument pas de mine de l'extérieur mais en fait n'est pas mal du tout....quoi que... nous assistons à une scène étrange . A la fin de notre repas deux mecs, la mine patibulaire entrent, commandent une vodka au garçon au bar et s'installent. Un moment après, le patron arrive du fond de sa cuisine, discute avec eux puis leur remet le contenu de la caisse du jour sans même compter ce qu'il y a.... bizarre.... en tous cas nous, on à payé après leur départ . Racket ? "Impôt" particulier ? On ne sait pas, peut-être rien du tout si ce n'est notre imagination....


 

Samarkand : machandages au grand bazar Bibi Hanoun

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents