Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carnets Nomades

Carnets Nomades

Récit en photo et bavardages de nos voyages en camping car en Europe centrale, Europe de l'est et du nord; Asie Centrale et Amérique du sud


8 - Ukraine - Odessa ; Bilhorod-Dniestrovs'kyi et fin du voyage

Publié par catherineGil sur 14 Octobre 2008, 13:18pm

Catégories : #Ukraine et Crimée en camping-car


1-f-Ukraine---Odessa-et-Bilhorod-Dniesrtovs'kyi 1-f-Ukraine---Odessa-et-Bilhorod-Dniesrtovs'kyi



Odessa : Voeux de fidélité symbolisés par ces cadenas sur la paserelle dite de la Belle-Mère au Palais Vorontsov.

En remontant de Sudak vers Kherson, nous traversons une zone de collines très boisées, mais, sitôt sur le plateau, ce sont à nouveau des champs immenses bordés ici d'une double haie de grands peuplier qui commencent déjà à prendre leurs belles couleurs d'automne . En bordure des champs, sur des parkings spécialement aménagés, les traditionnelles remorques, que nous avons vues depuis que nous sommes en Ukraine, chargées de trois ou quatre rangées de dizaines de ruches, soit, selon sans doute l'importance de l'apiculteur sur des remorques de charrettes, de tracteurs, soit carrément sur des remorques de semi-remorque, où là ce sont des centaines de ruche . Ces ruche, contrairement à chez nous ont leurs tiroirs horizontaux, ce qui permet de les laisser à demeure sur les remorques et de les déplacer très facilement en fonction des différentes floraisons. Nous en avons vu partout aussi bien en bordures de champs, que de prés, que de vergers, que de forêts et nous en avons aussi croisé, bâchées en train d'être déplacées d'un lieu à un autre . Si, en France les abeilles meurent décimées par les pesticides et autres maladies transmises par une agriculture "irraisonnée ", ici, ça n'a pas l'air d'être le cas .
Cet après midi, le vent souffle en tempête, soulevant d'énormes nuages de poussière et plus tard nous avons une grosse pluie . A l'approche de Kherson, Gil insiste pour qu'on demande notre route alors que je sais parfaitement où nous nous trouvons, mais bon, on s'arrête pour demander à trois jeunes, deux jeunes femmes et un garçon, qui attendent un bus dans un rond point
. Ils nous confirment que tout va bien, que nous sommes sur la bonne route et nous demandent de les prendre en stop jusqu'au prochain village . Le garçon et une des jeunes femmes parlent plus ou moins anglais . Ils m'expliquent qu'une des jeunes femmes, celle qui parle anglais, est l'épouse du garçon et l'autre sa soeur, et qu'ils rentrent d'une fête chez des amis . Je leur demande quel est leur travail mais ils préfèrent m'interroger sur la France, notre région,
où se trouve Montpellier par rapport à Paris ( Ah ! Marseille foot-ball !  :-)) ) si nous avons des enfants etc... Quelques kilomètres plus loin nous les posons près d'un hameau et nous, nous continuons vers Odessa . Nous faisons étape sous la pluie, en bordure de la grande route, dans la cour d'un hôtel qui fait aussi parking TIR.
Le lendemain, le temps s'est remis au beau, très beau même, et par une chance inouïe nous trouvons à garer Zébulon sur la Place des Marins à Odessa, en plein centre ville, juste à coté des fameux escaliers "Potemkine " .
  Ça fait d'ailleurs tout drôle de voir des parents  se promener avec des landaus juste en haut des escaliers !
 
Odessa : Les fameux escaliers .

Odessa : les mêmes escaliers 192 marches plus haut .

Le centre ville d'Odessa est vraiment très agréable, nous nous promenons un bon moment à pieds, avec comme toujours cette sensation de calme et de bien-être que nous avons rencontré dans les villes ukrainienne . Un concert dans un jardin public, boire un pot à un des bistrots sur Lanjenronivska, une promenade sur Prymorsky, tout cela est bien agréable .

Odessa : Boulevard Prymorsky

Odessa : Boulevard Prymorsky

Odessa : L'Hôtel de ville .




Odessa : passage dans Derybassivska

Après avoir bien marché dans le cenre ville, et usés jusqu'aux genoux, nous revenons à Zébulon. Tandis qu'on regarde la carte pour voir par où passer pour rejoindre Bilhorod-Dniestrovs'kyi une jeune femme s'approche du camping-car et nous demande si nous avons un problème dans un français impeccable. C'est qu'elle est ukrainienne d'Odessa mariée depuis 6 ans en France . Elle vit en Ile et Vilaine et est venue à Odessa en vacances. En bus depuis Paris ! On discute un moment puis en route pour Bilhorod et croyez-moi, ce n'est pas une petite affaire  !
 Alors, dans Odessa, et à la sortie de la ville, prendre la direction d'Illich, puis au bout de la longue ligne droite qui va à Illich, tourner à droite au niveau d'une station essence et puis, demander 20 fois son chemin en raison du dédale de superbes petites routes qui serpentent entre les étangs dans le détroit du Dniester .
A Bilhorod un magnifique endroit quatre étoiles pour faire étape, sur le parking devant la forteresse avec le Dnistros'kyi Lyman à nos pieds et la vieille cité derrière nous.

Bilhorod Dniestrovs'Kyi : la forteresse.

La forteresse de Bilgohorod est construite sur l'ancienne ville grecque de Tyra . Elle a été la première ville grecque du nord de la Mer Noire à être romanisée. Pline l'Ancien en parle dans son Histoire Naturelle Livre IV- XXVI où l'on apprend qu'elle tient son nom du fleuve Dniester qui était nommé Tyra par les Grecs et qu'elle à été construite sur une ville encore plus ancienne : Ophiusa, "formant une île spacieuse, habitée par les Tyragètes " . Les remparts que l'on peut admirer, en parfait état datent des XIII°; XIV° et XV° siècle , à partir du moment où Jacques de Moldavie à commencé à construire autour de l'antique cité des remparts pour la transformer en forteresse. Bref, deux kilomètres de remparts de tours ronde carrées, octogonales, un ensemble superbe, qui, pour une raison inconnue n'est pas inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO alors même qu'il le mériterait largement en raison du site exceptionnel et des fouilles à organiser qui seraient sans le moindre doute très riches d'enseignements .

Bilhorod Dniesrovs'Kyi : remparts et tour octogonale du XV°siècle.

Bilhorog Dnierstrovs'kyi :  la forteresse, les remparts vers l'entrée de la forteresse.

Bilhorod Dniestrovs'kyi : la forteresse , citerne ou puits ?

Bilhorod Dniestrovs'kyi : la forteresse : aire centrale au milieu de l'ancienne cité.

Bilhorod Dniestrovs'Kyi : la forteresse , à l'intérieur des remparts .

Bilhorod Dniestrovs'Kyi  : la forteresse, un denier coup d'oeil avant de partir .

Nous reprenons la route en direction de Ismaïl, puisque, malgré les conseil et les avis contraires récoltés deçi-delà, nous avons décidé, pour gagner du temps et des kilomètres, de passer par la Moldavie . Sur notre carte d'Ukraine la route que nous allons emprunter n'est pas tracée, pourtant, bien que très mauvaise, elle existe bel et bien . Avant d'arriver à Ismaïl, prendre la direction de Réni, qui traverse une partie du delta du Danube . Le paysage de début du monde entre ciel et eau , est splendide. Des oiseaux par centaine, canards de toutes sortes, cygnes sauvage, échassiers et autres que nous ne connaissons pas , vivent là au milieu des champs de roseaux , en bordure de la route des gens pêchent depuis le bord ou depuis des barques qui se frayent un passage dans la végétation.C'est superbe.
Arrivés à Réni où nous nous arrêtons pour déjeuner à l'étage d'un bistrot sur la place centrale, nous sommes interpellés par une tablée de joyeux fêtards, passablement éméchés, mais absolument accueillants . Aujourd'hui c'est la fête pour les enfants qui reprennent l'école en ce 1er septembre , et pour les parents qui ne ratent jamais, comme nous avons pu le constater de puis que nous sommes rentrés en Ukraine, une occasion de faire la fête . Voilà donc l'explication à tous ces enfants endimanchés, garçons en chemises blanches à manches longues, noeud paps' et pantalons noirs et petites filles dans leurs plus beaux atours, que nous avons croisés depuis ce matin dans la ville actuelle de Bilhorod ainsi que dans tous les villages que nous avons traversés . Nous avions bien compris que c'était en rapport avec la rentrée des classe mais pas que c'était à ce point une fête pour tous .

Après avoir discuté un bon moment avec ces "parents heureux ", :-)) et essayé de comprendre leurs explications assez confuses
malgré la présence dans l'assistance d'un douanier, quant à la route à prendre pour arriver à la frontière qui n'est en fait qu'à trois kilomètres de la sortie de la petite ville, nous nous présentons à la frontière Ukraine/Moldavie dans une ambiance vraiment bon enfant . Tous les douaniers présents veulent visiter Zébulon, savoir le prix d'un CC en france, que je n'ose pas leur dire vu ce que nous savons du salaire moyen en Ukraine, avoir nos impressions sur notre voyage, sont ravis de notre enthousiasme pour leur pays si beau, tant du point de vu de l'architecture que des paysages si variés, que des gens si accueillants. Une heure plus tard c'est la Moldavie avec la même ambiance de visite guidée du camion . Il nous aura fallu trois heures pour parcourir ces quelques kilomètres et passer ces trois frontières, mais trois heures, pas désagréables du tout. Pas question comme on nous l'avait dit de bakchich exorbitant ni de tracasseries, rien .
Et nous voilà en Roumanie . Bye, bye l'Ukraine, c'était, vraiment un très très beau voyage , une superbe destination que nous ne saurions que recommander chaudement .




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents