Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carnets Nomades

Carnets Nomades

Récit en photo et bavardages de nos voyages en camping car en Europe centrale, Europe de l'est et du nord; Asie Centrale et Amérique du sud


De Trujillo à Cusco et ..... marre, marre, marre !

Publié par Catherine & Gilbert sur 12 Juillet 2010, 15:23pm

Catégories : #Amérique du Sud - le carnet de bord

L'altiplano péruvien
Montées et descentes vertigineuses vers Cusco

  Perou-de-Nasca-a-Cusco Perou-de-Nasca-a-Cusco

Le 20, 21 et 22 Juin 1700 Kilomètres de route et ras le bol !

Le premier jour, départ de Huanchaco de bonne heure et arrivée, à la nuit, au bout de 10 heures de route dans la très grande banlieue de Lima. Étape sur le tarmak plus que bruyant d'une station service. La route, nous l'avions déjà faite en sens montant pour aller de Lima à Trujillo, alors comme elle n'a rien d'exceptionnel, je m'amuse à lire les slogans "politiques" qui ornent en grandes lettres pratiquement toutes les façades des maisons des villages que nous traversons. En 2011 ce sont les élections locales, régionales et nationales et les gens "louent" leurs murs aux candidats. En fait les slogans n'engagent pas beaucoup les candidats en matière de programme : un-tel "à la mairie", un autre "à la région", un troisième dit " honnêteté et famille" on ne voit pas trop le rapport mais bon, un autre "honnêteté et expérience". Un slogan peint en géoglyphe moderne  sur une colline m'a bien fait rire "Avant la crise, Christ est venu LUI " !!! Ben pardi tiens!! Depuis plus de deux mille ans qu'elle couvait cette crise,Jésus, lui, l'avait bien vue venir  Et un autre : Un-tel "l'ami de tous " ! en politique autant dire l'ami de personne ! Et puis un autre, nettement plus "politique" : Un-tel " Ne se vend pas, il se défend ". Sinon, beaucoup, beaucoup de pub pour Fugimori Keiko, le fils de l'ex président d'origine japonaise poursuivi et chassé du pays pour détournement de fonds publics, associé, en tous cas sur les murs, à un tas de candidats régionaux. On comprend mieux pourquoi la plus part des candidats mettent en avant leur honnêteté !

 

 

 

L'altiplano péruvien

L'altiplano Péruvien.

 

 

 

Le second jour, Lima -> Puquoi un bled dans la montagne au dessus de Nasca. La route pour l'atteindre en passant sur un plateau à plus de 4000M est magnifique et...vertigineuse. Rencontré dans un hameau un canadien en panne avec sa moto bien embêté, qui cherche un moyen de se rendre à Nasca pour trouver à se dépanner. Arrivée après 12 heures de route à Puquoi encore sur une aire de station service un peu moins bruyante que celle de la banlieue de Lima mais mal dormi à cause de l'altitude 3800M.

 

L'altiplano péruvien

Lac de montagne.

 

Le troisième jour : Puquoi -> Cusco . Encore une route splendide, on traverse des hauts plateaux à 4500m. Hameaux qui nous semblent misérables, troupeaux de lamas et d'alpagas, puis redescente vertigineuse vers la vallée et remontée de l'autre coté et redescente etc... on passe sans arrêts de + de 4000 à 2500 M.

 

 

L'altiplano péruvien

Et descendre et remonter....et redescendre etc..etc.....


Peu avant Cusco, bloquéo ou désorganisation autour d'un chantier, toujours est-il que nous sommes bloqués plus d'une heure et, une fois de plus c'est la nuit lorsque nous arrivons à Cusco après 12 heures de route. Ca ne va pas être facile de trouver la Quinta Lala l'auto-camp de Cusco, pas évidente à trouver dans les collines, d'autant que le point GPS que nous avons n'est peut-être pas le bon. Nous demandons des indications à deux flics qui, après avoir téléphoné à leur base pour savoir où ça se trouve nous disent - "oh là,là, pauvres, vous n'allez jamais trouver , avec en plus les rues fermées pour la fête, si vous voulez, on prévient notre chef et on vous y conduit " Aussitôt dit, aussitôt fait, nous sommes trop ravis de l'aubaine. Et nous voilà à escalader les rues de Cusco dans une circulation démente en compagnie de nos deux "amis" qui descendent plusieurs fois pour demander leur chemin. Finalement on arrive, on rentre et on demande au flics ce qu'on leur doit "A votre volonté" nous disent-ils on va redescendre à pieds jusqu'à la Place d'Armes et de là, on prendra un taxi pour nous ramener à notre poste. On se consulte avec Gil et on pense leur donner 25 sols pour le dérangement, lorsque la patronne du camping se jette sur nous en nous disant que ce n'est pas bien, qu'on donne de mauvaises habitudes au gens. Elle arrache la pièces de cinq sols de la main de Gil médusé par cette sortie, la donne aux flics et les renvoie ainsi sans nous consulter ! Après ces trois jours de route à plein temps et la fatigue de monter et descendre de plus de 400M à 2000M et remonter, cet esclandre me fait craquer, je suis furieuse que cette personne se soit ainsi mêlée de nos affaires et de façon aussi intempestive. Du coup, me vient un ras le bol général du voyage. J'ai marre, marre des routes vertigineuses car justement j'ai le vertige, marre de la misère, marre des bidons ville autour de toutes les villes, marre, de payer cher des campings pour des douches froides dans des locaux insalubres, marre, marre, marre ! On me dirait qu'on rentre en France demain, malgré Cusco, malgré le Matchu Picchu, malgré tout, je dirais OK, d'accord, avec plaisir !

Le 23 juin,

Après une bonne nuit de repos, ça va mieux, cependant je comprends mieux la conduite innommable du patrons du camping. Il est hollandais et vit à Cusco depuis plusieurs années et lorsque nous remplissons les documents, le patron auquel je parle en espagnol , je ne parle pas le batave et je n'ai pas envie de parler anglais, me dit dans un français approximatif, " parlez moi, français je suis plus à l'aise avec le français qu'avec l'espagnol" !!!! Depuis des années il n'a pas trouvé le moyen d'apprendre l'espagnol dans un pays hispanophone ??? Ça fait un peu Tintin au pays des barbares non ??

Bon, oubliés ces gens on leur paye comme d'hab. leur camping, 10 sols pour le cc + 10 sols par personnes le tout par jour, avec toilettes et douches dans des locaux minables, on paye la flotte si on l'utilise, l'électricité, le wi-fi etc.ect... gratuits partout ailleurs ( on se demande qui diable leur à donné ces mauvaises habitudes à eux   ) Bon, on s'en fout. De toutes façons il n'y a pas d'autre lieu où aller en CC dans Cusco et de plus, on a retrouvé ici avec joie les 5 DM qu'on avait quittés le coeur un peu gros à Lima, absolument enchantés ravis de leur excursion au Matchu Picchu et les deux équipages français qu'on retrouve régulièrement depuis San Pedro de Atacama avec lesquels on ira jusqu'à Aguas Calientes le 25 ou le 26, pour visiter ensemble le Matchu Picchu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents