Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carnets Nomades

Carnets Nomades

Récit en photo et bavardages de nos voyages en camping car en Europe centrale, Europe de l'est et du nord; Asie Centrale et Amérique du sud


En bordure du rio Parana : " El Palmar"

Publié par Catherine & Gilbert sur 11 Novembre 2010, 13:01pm

Catégories : #Amérique du Sud - le carnet de bord

concordiaLe splendide rio Parana depuis le camping de la "Tortue Alégre". On à des difficultés à imaginer qu'il y a quelques mois l'eau montait jusqu'au 1er étages des bâtiments du camping !

 

Argentine---El-Palmar- Argentine---El-Palmar-

 

 

Le 24 septembre,

Départ vers Conception, route assez jolie et sans histoire. En fin d'après-midi, on s'installe au joli camping de la Tortue Allègre en bordure du splendide rio Parana après une piste pas si mauvaise que ça de 10 kilomètres.

Le 25 septembre,

On discute avec le gérant du camping qui nous explique qu'en décembre ( cet été ici ) le rio est monté jusque à la hauteur du toit des sanitaires qui sont sur pilotis et en étage. Il se plaint aussi de la gestion actuelle de l'Argentine en nous disant que la faim existe ici, ce dont nous nous doutions bien à voir la misère de certains villages, et que ce n'est absolument pas normal, l'Argentine étant un pays avec beaucoup de richesses potentielles, ce que nous avons aussi constaté. Mais bon, encore faudrait-il les exploiter ....


 

El Palmar En bordure de l'excellente piste de la réserve, les palmiers Yaté qui constituaient l'essentiel de la forêt avant l'exploitation agricole de la zone.

 

De là, nous partons à la réserve de "El Palmar" où nous arrivons en début d'après-midi. Petite promenade à pieds autour du camping avec toujours ces paysage magnifiques de forêts au dessus du rio Parana . Nuit calme si ce n'étaient les discours des viscaches et les disputes des pêcheurs qui campent à coté de nous . A un moment, le ton monte tellement que je me dis qu' heureusement ce sont des pêcheurs et pas des chasseurs sinon, ça se finirait à coups de fusil. Puis ça se calme et seules les viscaches continuent leur train train.


 

El Palma Les restes des bâtiments de la réduction jésuite dédiée à l'exploitation de la chaux. Exploitation qui à duré jusque vers les années 1950 et aujourd'hui abandonnée.

 

 

Le 26 septembre,

Le matin, promenade agréable sur les sentiers de la réserve mais il faudrait rester plus longtemps pour pouvoir voir des animaux d'autant que nous sommes dimanche, qu'il y a quelques promeneurs argentins et que le silence pour pouvoir observer des animaux n'est pas leur fort  Nous pique-niquons dans le parc puis nous prenons la route vers Colon où nous passons l'après-midi sur la plage en bordure du rio puis nous allons nous installer dans le camping de "Piedras coloradas" toujours en bordure du fleuve et qui a le gros avantage d'avoir un wi-fi pas trop mauvais.

En voyant ce fleuve si beau et ces carcasses de bateau à vapeur qui servaient à transporter fruits et légumes de la région vers le port fruitier de Tigre,( du temps où fruits et légumes étaient cultivés dans la région ) je me prends à rêver ....Si j'étais plus jeune, je chercherai des inverstisseurs, ( Région, communes, grandes entreprises hôtellières ) pour renflouer ces vieux vapeurs et organiser des croisières sur le rio depuis le barrage de Salto Grande jusqu'à Tigre, l'une très "luxe" avec étapes dans les villes termales qui longent le rio et des excursions jusqu'aux différents parcs et l'autre "sport" axée sur la pêche sportive. Je suis certaine que ça ferait un tabac ! Mais bon, je n'ai plus l'âge ni l'énergie d'entreprendre


 

 

El PalmarKapokier, arbre à kapok dans la réserve d'El Palmar


Le 27 septembre,

Pendant que Gil va visiter la ville, je mets le blog à jour . A 14 heures, nous avons eu Fred par skipe. L'après midi, je continue de travailler au blog et le soir nous allons au restaurant goûter LE poisson du rio Parana le légendaire Dorado . Oui, bon, le notre avait un fort goût de vase mais on ne pouvait pas quitter le rio Parana sans l'avoir goûté.

Le 28 septembre,

Nous continuons de redescendre vers le sud et la Péninsule Valdés car c'est la saison des baleines que nous voudrions bien admirer avant de quitter le continent. Etape le soir à San Antonio de Arreco qui avait été notre première étape en janvier en quittant Buenos Aires.Une impression de boucle bouclée...cependant nous sommes contents de voir que la ville qui nous avait tellement plu en janvier malgrés les dégats provoqués par la crue du 25 décembre a un visage bien pimpant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents